Cohésion sociale et solidarité

Ce parcours se base sur le respect des singularités indivuduelles comme ciment du vivre ensemble.

Cohésion sociale et solidarité

Définitions

La cohésion sociale

La cohésion sociale est définie par le Conseil de l’Europe comme « la capacité de la société à assurer le bien-être de tous ses membres, incluant l’accès équitable aux ressources disponibles, le respect de la dignité dans la diversité, l’autonomie personnelle et collective et la participation responsable  ». Cette notion est donc caractérisée par une volonté forte de renforcer le lien social entre les individus, les sociétés et les territoires. Cette démarche s’assure donc de l’égalité et de l’équité interterritoriale comme de l’équité intergénérationnelle.

En définitive, la cohésion sociale a pour objectifs principaux de :

  • créer une prise de conscience des enjeux sociétaux,
  • mettre en place une implication commune dans le maintien de conditions de vie satisfaisantes pour tous,
  • faire en sorte que tous les citoyens se sentent liés les uns aux autres,
  • créer un sentiment d’appartenance à la société en tant qu’acteurs de celle-ci,

 

La solidarité

La solidarité peut être définie comme un sentiment de devoir moral envers les autres citoyens à toutes les échelles (internationales, nationales, locales) et une volonté de relations interdépendantes. Elle est le résultat d’une démarche volontariste basée sur des valeurs morales. Elle cherche à atténuer les inégalités naturelles comme celles causées par l’Homme en apportant une aide ou en redistribuant les biens équitablement. Appliquée à l’international, la solidarité doit prendre en compte la réalité des inégalités existantes à l’échelle des territoires, en comprendre les causes et agir pour les combattre.

La cohésion sociale est basée sur des relations d’équité, et est complémentaire de la solidarité basée quant à elle sur le don et l’aide d’une personne vers une autre. La cohésion sociale joue un rôle fondamental dans cette solidarité car le sentiment d’appartenance à une même société ou communauté permet de faciliter les élans solidaires.

Causes des inégalités

Durant les dernières années, des phases de croissance fortes et rapides se sont succédé et ont bouleversé les modes de vie. Ces phases de bouleversements ont remis en cause l’ensemble des modes de cohésion et de solidarité. Notre mode de consommation et de production actuel, basé sur la satisfaction immédiate et individuelle sans prendre en compte les conséquences futures ou délocalisées, est une des causes principales du manque de cohésion sociale et de solidarité. D’une part, au niveau territorial par la mondialisation et d’autre part, au niveau intergénérationnel notamment par la croissance démographique,  le vieillissement de la population et les différences d’habitudes de vie entre génération qui peuvent causer des conflits entre générations.

Conséquences

Face à un tel système, nous pouvons néanmoins constater que le développement économique n’implique pas toujours le progrès social : la persistance de la pauvreté, la montée de l’exclusion et l’accroissement des inégalités sont parfois des conséquences regrettables.

                Au niveau interterritorial

Les inégalités sociales et économiques (qui tiennent à de nombreux facteurs), la mondialisation ainsi que le contexte de compétition entre territoires créent une forte concurrence internationale qui peut se trouver en contradiction avec la cohésion sociale et la solidarité.

Une partie importante de la population mondiale vit dans la pauvreté ; malgré une réduction de moitié de l’extrême pauvreté depuis 1990, une personne sur cinq dans les régions en développement vit encore avec moins de 1,25 dollar par jour soit 836 millions de personnes.

Notre planète compte 7,1 milliards d’êtres humains et 925 millions de personnes souffrent de sous-alimentation chronique (soit une 1 sur 7). Paradoxalement, les gaspillages alimentaires totaux pour la partie comestible s'élèvent à 1,3 milliard de tonnes. De même, 1,4 milliard d'hectares de terres - soit 28% des superficies agricoles du monde - servent annuellement à produire de la nourriture perdue ou gaspillée. Un constat alarmant !

Sans compter les impacts environnementaux et les menaces que font peser sur les espèces animales et végétales la production agricole de cette nourriture qui, au final, n’est pas consommée.

                Au niveau intergénérationnel

Les changements rapides ajoutés à l’arrivée d’une nouvelle ère numérique ont tendance à creuser encore le fossé entre générations, augmentant les risques de précarité chez les jeunes, d’isolement chez les personnes âgée.Il semble donc essentiel d’amorcer une réflexion profonde sur le lien intergénérationnel et d’y trouver des réponses opérationnelles. De plus, cette réflexion, qui prend en compte les générations présentes, doit également prendre en compte celles à venir.

Enjeux pour l’avenir

Cohésion sociale et solidarité sont donc des conditions essentielles pour un développement durable. Elles sont, en effet, de possibles réponses face à un nombre grandissant de défis sociétaux : pauvreté, exclusion, condition de vie des personnes âgées, intégration de tous ou encore accès au logement, à l’éducation et à l’emploi.

Face à un tel constat : mondialisation, conflits entre les générations, mode de consommation individualiste, on comprend que les enjeux de la solidarité et de la cohésion sociale sont sociétaux, sociaux mais également économiques. Il semble donc impératif de penser de nouveaux modèles et de mettre en place un système qui soit équitable tout en respectant des conditions de vie décentes pour tous. Il convient peut-être que le modèle dans lequel nous vivons  prenne en considération les critères environnementaux et sociaux de façon plus poussée, voire lui donne une valeur monétaire.

Il paraît indispensable que chacun trouve sa place, que les liens se renforcent, que les citoyens progressent ensemble vers un mieux être en considérant les différentes perspectives qui s’offrent à eux, qu’elles présentent des enjeux sociétaux, environnementaux, économiques ou développementaux.

Cette finalité est ainsi grandement complémentaire de celle visant l’épanouissement humain et les deux doivent être mises en place simultanément. Pour cause, l’épanouissement de chacun facilite assurément la sociabilité, source de solidarité. Au contraire, la pauvreté et les diverses formes d’exclusion sont destructrices de lien social.

Liens utiles pour compléter la réflexion :

- Eduscol : Les concepts clés du programme d'EMC

ceci est un site de Bordeaux Métropole